• 7 -  Bonne Année 2022

    J'espère que vous allez bien et que votre moral est solide.

    Passez au-dessus de nous tempêtes de tous genres !

    Les roseaux plient, mais ne rompent pas.

    De gros bisous à tous et toutes.

     

     

     

     


    1 commentaire
  • 6 - La dictature numérique

    Les marchands nous poussent à la consommation.

    Allez ! Hop ! Un Windows 11 qui refuse de s’installer sur un ordinateur de 4 ans.

    -        « T’es trop vieux ! »

    Bon, si on  leur accorde la construction un an auparavant, cela est égal à 5 ans.

    Mais 5 ans ! Je ferai bien durer mon ordinateur portable jusqu’à ses 10 ans.

     

    Ils trouveront bien une astuce technique pour me le casser complètement.

    6 - La dictature numérique

    -        « Excuse -moi, mon petit chéri, mais mamie a besoin de ton ordinateur acheté il y a un an. De toute façon, tu ne t’en sers que tous les trois mois, quand tu viens passer une semaine chez nous. Et puis, à 4 ans, tu peux encore t’en passer »

    Mamie a installé Windows 11 sur le HP Spectre que j’ai acheté en novembre dernier (me dit l’étiquette que j’ai collé sous l’ordinateur, pour pallier à mon manque de mémoire).

    Il y a un an, je trouvais nul l’écran tactile qui pivote à 360°, mais, en ce mois d'octobre 2021, au deuxième jour d’utilisation, je l’ai adopté. C’est-à-dire, le 7,8 ou 9 octobre 21 (je ne sais plus)

     

    Mais …. Mais ….

    6 - La dictature numérique

     Le haut-parleur est installé en haut du clavier. Quand je veux regarder un téléfilm, je mets l’écran et le clavier en « V ». Un V à l’envers. Donc le haut-parleur se retrouve à l’arrière et je n’entends pas. Déjà que je suis sourde. Désormais, il a repris la position classique, le clavier à l’horizontale et l’écran à la verticale.

    En ce qui concerne le graphisme… Ouille ! Ouille ! Ouille ! Dimensions à 50%, les tags et les boîtes de dialogues des filtres 8bf ! Ma loupe repose désormais à côté de l’ordi quand je crèe.

     

     6 - La dictature numérique

    Je me souviens d’une colère l’année dernière.

    -« Qu’est-ce que c’est que cet ordinateur de etc (censure) ! »

    Le tag de présentation de cet article a été construit sur ce Spectre.

     

      6 - La dictature numérique

     Si l’on veut suivre une théorie complotiste, j’exprimerais l’idée que tout est agencé pour que l’on achète, achète, achète.

     

       

     

     

     

     


    3 commentaires
  • 5 - L'Ortographe

    Maigrelette de 12 ans en salle d'études avec un pilier de rugby comme pion. Nous sommes à Mazamet dans le Tarn où mon père est prof de maths et d'économie.

    Moi, je planche sur le mot  "Orthographe"

    Combien de "h" ?  Je suis sûre du deuxième. 

    5 - L'Ortographe

    Après une année en Lettres Modernes où l'on nous demandait de plancher sur le latin que je n'avais jamais appris, j'ai été embauchée par la BNP. J'ai terminé la première les tests avec un sans faute. Le lendemain, j'étais convoquée au CIC. 

    40 ans et 9 mois plus tard, je prenais ma retraite toujours bonne en orthographe.

    5 - L'Ortographe

    9 ans plus tard ... " Au secours ! " . Participe passé quand le sujet est féminin et placé avant l'auxiliaire "avoir" . Euh ... Il faut que je réfléchisse longtemps. Je doute. Je vois Alzheimer se profiler à l'horizon.

    5 - L'Ortographe

    Il n'y a pas d'autre solution que de m'inscrire chez Maxicours  : CM1 ou CM 2 ?

     


    5 commentaires
  • 4 - Confinement

    Il existe différents confinements : celui que l'on s'impose et celui imposé par les autres.

    4 - Confinement

    Celui que l'on supporte parce que c'est nous qui l'avons choisi pour se reposer de la bousculade de la vie.

    La retraite est un confinement béni : plus de bousculades dans les transports en commun, plus de maltraitance de la part de certains collègues.

    J'ai essayé au début de me rendre à Paris pour visiter des expositions de peinture. Deux harengères hurlaient dans le bus. Cela m'a épuisée. 

    Je n'avais qu'une hâte : rentrer chez moi. 

    Un dernier tourniquet dans le brouhaha du wagon où un type faisait profiter tous les voyageurs de la conversation qu'il avait sur son portable.

    Je n'arrivais pas même à lire.

    C'est la dernière fois que j'ai pris le RER.

    J'ai pris ma retraite à la fin de l'été 2012.

    Chez moi, personne ne me tympanise. Papi est à l'étage du bas et moi, la frileuse, en haut. Chacun son ordinateur. Le mien me sert de télé. 

    C'est le confinement réparateur et douillet. Je dois être chat quelque part.

    4 - Confinement

    L'autre confinement est chargé d'angoisse, car il est imposé par les autres.

    Sous quel prétexte, on se le demande, car sur les 66 millions d'habitants peu sont morts du COVID.

    En août et en septembre, je me suis fait vaccinée, dans le cas où je serais obligée de circuler et de présenter un justificatif. 

    Cela m'ouvre une porte vers l'extérieur en cas d'urgence.

    4 - Confinement

    Pour résumer, le confinement que l'on choisit est une liberté, tandis que celui imposé par les autres est un emprisonnement

     


    2 commentaires
  • 3 - J'ai retrouvé mon blog

     

    Ce matin, j'ai retrouvé mon blog, mais je ne peux pas intervenir dessus. 

     

    Donc, j'ai fait des copier-coller de mes articles dans Word et je les ai enregistrés dans mon dossier Blog.

    Tout est bien qui finit bien.


    4 commentaires
  • J'ai vécu Mai 68 dans le Tarn, à Carmaux.

    Ma mère, parisienne, déprimait. Mon père obtint une mutation de Principal de Collège à Pontault-Combault.

    Je fus inscrite au lycée Paul Doumer au Perreux. Un lycée, en bord de Marne, dessiner par Le Corbusier.

    Bien entendu j'avais l'accent du Sud-Ouest. En plus, j'étais maigrichonne et une petite voix enfantine, peut-être due à ma dilatation des bronches (?).

    Les élèves de ma classe terminale m'avaient surnommée Zouzou. Je crois qu'il y avait un dessin animé avec une petite chatte qui s'appelait Zouzou. (pas le droit de regarder la télé à la maison - uniquement mon père - si le programme ne nous plaisait pas on retournait dans notre chambre).

    Va pour Zouzou !

    Je me suis défendue. Excusez-moi, d'avoir de l'orgueil, couplé avec un sale caractère. 

    J'ai brandi mon accent comme un étendard.

    Et, tout le long de ma carrière à la banque, je l'ai arboré avec une fierté sans faille.

    Cela me fait penser qu'aujourd'hui, je ne l'ai peut-être plus. Il faudrait que je demande à mon vieux mari de 82 ans (nous sommes mariés ensemble depuis 1976 et j'ai 13 ans de moins que lui).

    L'accent, c'est notre identité, je dirais plus : une couleur, un poème, un tableau. 

     


    2 commentaires
  • Zut ! Où est passé mon blog ?


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires